Témoignages sur le rituel de deuil

J’attendais beaucoup de ce stage car je me sentais incomprise par le monde médical et certains de mes proches car pour eux ce n’était qu’un «  fœtus » voir qu’un « amas de cellules » . Ils essayaient avec tout leur bon cœur de me rassurer mais par leurs maladresses ils ne faisaient que renforcer ma colère face à cette incompréhension de ce que je vivais.

Durant ce stage, je me suis sentie écoutée, comprise tant par le groupe que par Brigitte. Mon enfant décédé y avait une place en tant que personne, qu’être humain. J’ai même réussi à lui donner un nom, c’était une fille et elle s’appelle Marie.

Par la mise en place de différents moments , j’ai pu trouver en moi-même des outils pour continuer mon travail de deuil. J’ai donné à Marie une place à part entière dans la fratrie. Grâce à ce stage, je peux faire le deuil de mon enfant.

Je remercie les femmes présentes pour leur chaleur humaine et d’avoir formé autour de moi un cocon.

Merci à Brigitte d’avoir mis en place ce stage car enfin la femme endeuillée peut prendre sa place de mère endeuillée qui s’autorise à être triste, en colère de la mort de son enfant, personne à part entière.

V.

Ce temps de groupe a été pour moi inestimable, un immense cadeau. Je me suis sentie très bien accueillie et j’ai beaucoup apprécié la discrétion de Brigitte, la justesse de ses retours.

Les témoignages de chacune ont été aussi pour moi un moment réparateur grâce à leur résonance.

Une telle solidarité de cœur est assez exceptionnelle à vivre car cette fois, nous n’étions pas seules.

J’ai compris l’importance de pouvoir, par le biais du rituel, nommer, extérioriser, matérialiser ce qui est resté enfoui et confus durant tant d’années, y mettre du sens et laisser vivre, en dehors de moi ce qui doit continuer son accomplissement.

Remettre ainsi en mouvement cet arrêt sur image qu’a été le trauma de la perte d’un bébé in-utéro.

Repartir avec du bon de ce qui a été si morbide et dévastateur, c’est une belle et savante alchimie qui s’opère avec et malgré nous.

Merci de m’avoir permis de vivre ces moments d’humanité profondément transformateurs.

Je me sens aujourd’hui plus joyeuse et détendue, une spontanéité confiante qui me surprend, une disponibilité à l’autre et à moi même très naturelle.

Claire